16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 14:00

DriveClub est le premier jeu de course en exclusivité sur Playstation 4, sorti début octobre, il est développé par Evolution Studio, les créateurs de la série WRC sur Playstation 2, et Motorstorm sur Playstation 3.

DriveClub - Mauvais départ, mais belle remontée.

Le jeu a eu de très gros problèmes de lancement. Au départ, il était prévu de sortir une version boite en magasin (et complète), et offrir une version gratuite aux joueurs PS4 abonnée au Playstation + (le service en ligne de Sony) comprenant 25% du jeu original « gratuitement » et permettant de jouer en ligne avec les joueurs ayant le jeu complet. Et le tout devait être accompagné d’une application mobile/tablette.  

 

À l’arrivée : Le jeu est sorti en magasin, et les serveurs n’ont pas tenu le choc. L’application mobile a été retirée pour éviter la surcharge des serveurs et la version Playstation + Gratuite n’a pas encore été délivrée. Pour un jeu vendu comme un jeu communautaire en ligne, c’est un peu dommage. 

 

Evolution Studio et Sony ont énormément communiqué pour résoudre ces problèmes, leurs priorités a été de sortir beaucoup de patchs et offrir une stabilité des serveurs. Les patchs attendus ont été mis en pause (le mode photo, le mode météo et le mode replay par exemple) et, une fois les soucis résolus, le premier DLC payant a été offert à tous les joueurs. Ça, c’est pour la petite histoire. 

 

Les tests diffusés sur internet n’ont pas attendu cette stabilité serveur. Le jeu s’est fait descendre et a reçu une note moyenne sur la plupart des sites. 

 

Cet article parait tardivement chez nous pour une raison simple : je n’ai pas de Playstation 4. Autant j’ai pu obtenir une Xbox One de prêt par un ami, autant la PS4 est plus difficile à confisquer à des joueurs consoles, donc mes sessions se sont passées chez eux. Je ramenais juste le jeu chez eux pour continuer mes parties. Ce qui m’a permis d’attendre la stabilité des serveurs, et les différents patchs et DLC gratuit. 

 

DriveClub est un jeu qualifié d’arcade disponible sur Playstation 4, divisé en deux parties : 

 

  • D’un côté un mode de jeu Solo qui demande de faire une course avec des objectifs (exemple : Faire un tour en x.x.x seconde, faire un score de drift de x points), permettant de gagner des étoiles (3 Par courses) pour débloquer les courses suivantes. Il y a, dans le jeu original (sans DLC donc), 50 épreuves et un total de 226 Défis (chaque épreuve comporte entre 1 et 3 défis à réaliser)
  • Un coté Multijoueur, demandant de rejoindre un Club (maximum : 6 Joueurs) pour répondre à des défis, gagner de l’expérience pour tout le groupe, et jouer avec ses amis contre d’autres clubs

 

Une des originalités du titre c’est que, contrairement à Forza Motorsport ou Gran Turismo, ce jeu de course utilise des circuits totalement fictifs dans des endroits de différentes localisations (Canada, Chili, Écosse, Inde, Norvège), la plupart de ces circuits utilisent un principe de Rally (spécial) c’est a dire une ligne d’arrivée et une ligne de fin. Il existe bien entendu des circuits « en boucle » où il faut faire trois tours, mais ils sont moins intéressants. Cela offre un total de 55 Circuits. Malheureusement, au niveau des véhicules disponibles, il n’y a en que 50 (avec le jeu de base, encore une fois)  

 

Tous les circuits sont disponibles au début du jeu. Les voitures, quant à elle, se débloquent avec les niveaux que vous gagnez (car oui, il y a une progression jusqu’au niveau 50, chaque niveau vous débloque une ou plusieurs voitures). Certaines voitures sont débloquées grâce au niveau de votre club (qui est une seconde barre de progression). Votre club gagne de l’expérience à chaque course, mais il faut au moins être deux dans le club pour que l’expérience s’accumule. Des DLC gratuits sont prévus pour un an, ainsi que des DLC payants. Le graphique ci-dessous vous permet de comprendre le tout. 

 

 

DriveClub - Mauvais départ, mais belle remontée.

Le season pass est à 25€, l’achat total des DLC, sans season pass, est estimé à 75€. 

 

Le jeu est « arcade » sur le papier. Pour beaucoup, arcade signifie que c’est du grand n’importe quoi. Sauf que DriveClub est technique. Aussi bien dans le pilotage que dans ses règles. Vous gagnez des points pendant la course, pour un pilotage propre, avoir la bonne ligne de trajectoire, dérapage. Et vous perdez des points si vous coupez la route ou foncez dans vos concurrents. Cela peut avoir de l’importance quand on sait qu’en ligne, celui qui gagne, c’est celui ayant le plus de points, pas celui qui termine premier. Donc vos concurrents cherchant à vous rentrer dedans pour finir premier seront ceux qui termineront derniers.

 

La physique des véhicules est vraiment intéressante et agréable. Le gameplay est parfait à la manette. Aussi bien pour une personne adepte de la simulation automobile qu’une autre plus portée Need For Speed. 

 

Si vous avez des amis qui aiment les jeux de courses, pas forcement simulation, ça marche aussi. J’ai passé par exemple mon vendredi soir, pendant trois heures, avec un ami. On prenait une voiture au hasard (et pas une BMW cette fois !), un circuit au hasard, une météo au hasard et c’est parti pour que l’un claque un chrono et que l’autre le batte. Et ce qui est parti au départ d’un « va y j’essaie juste pour voir » s’est fini à 2h du matin par un  « Bon on s’arrête là peut-être ». En commençant avec une Mercedes et en finissant avec une McLaren P1. 

 

Graphiquement le jeu est vraiment, vraiment beau. Et le dernier patch sorti la semaine dernière rajoutant les effets météo met tout le monde d’accord sur ce point. Les screenshots sur ces pages montrent clairement ce qu’on obtient en jeu malgré l’appareil photo. De plus, le jeu offre un cycle jour/nuit, vous pouvez décider de l'heure à laquelle vous voulez rouler et faire en sorte que le temps passe en temps réel ou beaucoup plus vite.

DriveClub - Mauvais départ, mais belle remontée.
DriveClub - Mauvais départ, mais belle remontée.
DriveClub - Mauvais départ, mais belle remontée.
DriveClub - Mauvais départ, mais belle remontée.

Pour information : Voici une différence entre un screenshot sans le mode Photo (avec le HUD donc) et la même vue avec le mode photo. Il n’y a pas de traitement comme sur Forza ou Gran Turismo, ce sont bien les mêmes images)

DriveClub - Mauvais départ, mais belle remontée.
DriveClub - Mauvais départ, mais belle remontée.

DriveClub offre donc un jeu d’arcade plutôt technique, d’excellentes sensations de vitesse, des effets météo sublimes (mieux que ce qu’offre Project CARS aujourd’hui. C’est dire !), une ambiance très sobre (pas de « bling bling », la musique est automatiquement désactivée pendant les courses, les menus sont peu nombreux et simples) et les détails sont vraiment impressionnants (l’affichage tête haute est disponible dans la BMW M4 et BMW M5, comme dans la vraie, la McLaren P1 a un bouton pour le Kers et un bouton pour le DRS, avec le DRS activé on sent bien que la voiture est collée au sol et tourne mal…).  

DriveClub - Mauvais départ, mais belle remontée.

Il existe deux « grosses parties » du mode multijoueurs : Un mode multijoueur où vous devez choisir votre épreuve (elles sont prédéfinies, chaque semaine, suivant la voiture, ou la catégorie de voiture, ou le circuit, etc…) et rejoindre les autres joueurs. C’est plutôt bien fait et ça donne quelques surprises (il y a deux semaines, il s’agissait d’une épreuve BMW M4 contre Ferrari. Et grâce au système de points, la BMW gagnait facilement contre l’Italienne). 

 

L’autre mode activé il y a peu est un mode Defis. Lorsque vous jouez en solo, à faire un chrono par exemple, à la fin il vous est possible de lancer un défi, sur une heure ou une semaine, à votre club et vos amis (ou en public aussi). Là encore, l’aspect communautaire est bien présent. 

 

Il s’agit, à mon sens, du jeu de course console offrant les meilleures sensations à ce jour. Que ça soit dans la sensation de vitesse, dans les changements d’adhérence qu’on soit sur le sec, sous la pluie ou sous la neige, le tout avec des graphismes dignes d’une console New Gen.  

 

Par contre, comme vu plus haut, le jeu n’offre que 50 voitures à ses débuts. L’aspect club est très minimaliste (on peut jouer ensemble, se lancer des défis, et chaque joueur faisant une course gagne de l’expérience pour le club, et cela permet de débloquer des voitures se débloquant UNIQUEMENT avec le niveau du club), et si vous n’aimez pas le jeu en ligne ni les différents défis, il finira dans une étagère une fois le solo terminé. 

 

Oh, et surtout, il manque un mode Replay (censé arrivé dans un patch) pour permettre aux joueurs de voir leurs courses, et de pouvoir profiter de la beauté du jeu et de ses paysages. 

 

DriveClub est un gros coup de coeur. Mes amis ne m’ont jamais autant vu chez eux depuis que je l’ai. 

 

Je vous laisse avec quelques vidéos de gameplay, faiss par mes amis du forum Canard PC :

Partager cet article

Repost 0

Suivre et contacter The Racing Line

rss facebook twitter youtube contact

Rechercher

Catégories

Partenaires

Sim Racing Evolution overblog Paddock TVFFSCA Simuracing ProjectFrance Ligue F1CS SimRacing League