4 mai 2020 1 04 /05 /mai /2020 06:13

Une exercice de confinement, j'avais trouvé une Porsche 924 au 1/18 il y a quelque temps. Malheureusement, elle souffrit de quelques déconvenues lors de son transport.

 

L'échappement, le hayon arrière et les deux rétros s'étaient fait la malle !

Porsche 924 : Restauration d'une petite Petite

J'avais tout mis de côté jusqu'ici. Ne pouvant plus m'occuper de la grande, je me suis vengé sur la petite ! Grande Petite, petite Petite... Vous parvenez à suivre, vous ? Moi je vais finir par m'y perdre.

 

Un peu de patience, un bon tube de colle forte et... hop ! Elle retrouve ses attributs !

Porsche 924 : Restauration d'une petite Petite
Porsche 924 : Restauration d'une petite Petite

Voilà, celle-là, c'est fait !

 

C'est l'occasion de constater que cette reproduction d'AUTOart est vraiment bien détaillée. Y compris les dessous, que j'ai bien eus le temps de contempler sur la vraie les semaines précédentes.

Porsche 924 : Restauration d'une petite Petite

Partager cet article

Repost0
3 mai 2020 7 03 /05 /mai /2020 05:40

Voilà, une page se tourne, le livre ne se referme pas cependant. Il est temps de ramener la Grande. Désormais elle n'aura plus à craindre l'humidité ambiante, elle dormira, bien au chaud, dans un parking souterrain.

La Grande épisode 4 : La seconde vie...

Vient alors l'épreuve de l'autoroute qui est son terrain de prédilection. C'est un vrai plaisir d'avaler les kilomètres dans ce salon roulant. Il suffit de régler le régulateur de vitesse et elle roule presque toute seule !

La Grande épisode 4 : La seconde vie...

Depuis maintenant environ un an, elle fait le bonheur d'une petite famille qui, par elle, a retrouvé une certaine forme de liberté.

La Grande épisode 4 : La seconde vie...

Une véritable bête de somme qui est capable d'encaisser sans sourciller, comme juste avant le confinement, un aller/retour Paris - Toulouse dans le plus grand des conforts.

 

Bon, ce n'est pas une voiture de tous les jours, je n'en ai toujours pas besoin d'ailleurs. C'est juste une auto loisir et elle remplit très bien cette fonction.

 

Il reste bien encore quelques bricoles à réaliser mais, pour le moment, la Petite a la priorité alors cela attendra un peu.

 

Je terminerai avec un seul reproche : le réservoir est bien trop petit. Il y avait à l'époque une option "Big Tank" qu'elle n'a malheureusement pas. Elle n'est plus toute jeune (17 ans), je tiens, pour préserver au mieux le moteur, lui donner à boire de la bonne nourriture et donc exclusivement du SP98 Total. Alors, sur les longues distances, elle biberonne pas mal il faut bien le dire, j'ai intérêt à bien calculer mon coup  entre les différentes enseignes... 

Partager cet article

Repost0
2 mai 2020 6 02 /05 /mai /2020 06:22

En route pour le garage, d'où elle pourrait ne pas repartir... Tout dépendra du diagnostique posé par le professionnel.

 

J'en profite pour faire le plein : Outch ! Le prix de l'essence a sacrément augmenté en 10 ans !

 

C'est l'occasion de pousser un peu la bête, pour juger de son comportement. J'apprécie de plus en plus ce moteur. Autant il est capable d'être doux et discret, autant il ronronne fièrement lorsqu'il est poussé un peu plus. La Grande est lourde (1,7T), pourtant, il n'a aucune difficulté à la mener bon train. J'adore !   

 

Une petite ombre au tableau, la pédale de frein est trop spongieuse à mon goût et puis il y a pas mal de vibrations lors des freinages appuyés.

 

J'ai opté pour un petit garage du coin que l'on m'a conseillé. L'endroit, perdu en pleine campagne, m'inspire confiance, aux côtés des voitures plus ordinaires, il y a quelques MG, une Corvette, une belle 504 coupé, ... Sous une bâche, dans le garage, se cache une R8 Gordini. Le contact s'établit immédiatement, je tombe sur un jeune homme passionné par ce qu'il fait, cela se voit, cela se sent !

 

Je lui tends une liste des choses à faire, tout ce qui me semble nécessaire. En gros, je veux la totale d'une révision approfondie. Je lui précise que je ne suis pas pressé, je lui demande donc de prendre son temps, je veux que les choses soient bien faites ! Enfin, je lui dit que je viens de faire le plein et l'engage à l'utiliser (cela peut paraître curieux mais si elle doit tomber en panne, je préfère que ce soit avec lui).

 

Petite anecdote, alors qu'il consultait mes notes, son attention est attirée sur un coin de la page où je fais mention de la Petite. "J'en ai restauré une avec mon père il y a quelques années !" me dit-il. S'en suivra une discussion à bâtons rompus sur la technique de cette auto. Le dialogue est pour moi un peu surréaliste, je dois bien le dire. Tout ce que je connais de la Petite, à ce moment, c'est ce que j'ai pu lire et apprendre durant les longs mois de préparation. Je suis assez étonné et également rassuré d'être capable de répondre à ses questions les plus pointues (enfin que je considère en tant que telles) !

 

Bref ! Je laisse la Grande les yeux fermés, je sais qu'elle est entre de bonnes mains.

 

Nous aurons ensuite quelques échanges téléphoniques. Pour lui pas de problèmes, le devis me convient, on lance les travaux. D'ailleurs, je dois louer son approche, je ne lui ai jamais demandé de faire au moins cher. Il sera pourtant toujours soucieux de me présenter une facture la plus légère possible.

 

Et puis un jour, il me dit : "C'est bon, elle est prête, Contrôle Technique passé : RAS ! Vous pouvez venir la chercher !".

 

Ce qui a été réalisé :

- Vidanges de tous les fluides y compris boîte de vitesses

- Remplacement de tous les filtres

- Remplacement des bougies d'allumage (oups ! Il y en a deux par cylindre donc 12 !)

- Remplacement des pneumatiques

- Remplacement de la pompe lave-glace

- Remplacement d'une rotule de suspension

- Remplacement de la courroie d'accessoire

- Remplacement des plaquettes de frein

- Contrôle et réglage de la boîte de vitesses

- Rénovation des feux avants

- Remplacement du balai d'essuie-glace (il y a un morceau qui s'était échappé pendant le voyage...)

 

En me tendant les clés, il m'avouera deux choses. D'abord qu'il a pris beaucoup de plaisir à travailler sur cette auto, lui qui a l'habitude d'intervenir sur les bagnoles crottées des agriculteurs du coin. Ensuite qu'il a pas mal roulé avec parce que... il aime la conduire, tout simplement !

 

Encore quelques détails administratifs et la Grande pourra rejoindre sa nouvelle famille.

La Grande épisode 3 : Révision et Contrôle Technique
La Grande épisode 3 : Révision et Contrôle Technique

A suivre...

Partager cet article

Repost0
1 mai 2020 5 01 /05 /mai /2020 06:51

Une des raisons, mais pas la seule, qui explique que le départ de la Petite fut long c'est que je me suis également occupé de la Grande à chacune de mes visites. Pour elle, pas question que j'y passe autant de temps cependant, je ne peux pas mener deux gros projets en parallèle. Et puis elle est moderne et bourrée d'électronique, c'est bien moins facile à bricoler. Je serai plus intransigeant qu'avec la Petite, si elle ne peut pas repartir par la route, elle restera là, malheureusement... Et si elle veut bien se mouvoir en toute sécurité alors elle filera chez un professionnel pour une révision complète en vue d'un passage à un Contrôle Technique. 

 

Entendons-nous bien, ce récit s'étale en réalité sur plusieurs mois, tout n'a pas été réalisé en une fois, loin de là.

 

Inspection des soubassements, pas un poil de rouille :  Deutsche Qualität !

 

Ensuite, la première intervention a été simple, il s'agissait de remplacer la batterie. Enfin, simple est un grand mot, il m'a fallu un bout de temps avant de la trouver ! Le moteur prenant pas mal de place sous le capot, elle se situe sous la banquette arrière.

 

Bref, branchement et... contact ! L'ordinateur de bord s'affole, il remonte énormément de défauts : ABS, ESP et divers problèmes électriques. En conclusion, il affiche qu'il convient de faire réparer immédiatement par un professionnel !  Bon en même temps, ce n'est pas délirant, le lieu où elle se trouve est très humide. Alors comme elle est restée là pendant un bon bout de temps, la vitre arrière à moitié ouverte...

 

Cela ne commence pas très bien, je fais abstraction de cela pour le moment. Comme pour la Petite, je veux savoir si le moteur est capable de parler.

 

J'ai voulu, un temps, assurer la lubrification du haut moteur au préalable. Je n'ai pas trouvé de procédure et les sites spécialisés n'ont pas semblé être inspirés par ma question. Alors ce sera sans...

 

Je me souviens très bien, comme si c'était hier, avoir dit : "Ma Grande, c'est le moment de me démontrer si tu veux avoir une seconde vie !". Oui, non seulement elles ont un petit nom mais en plus je parle avec... Ça commence à devenir grave !

 

Elle m'a peut-être entendu, qui sait... A peine la clé tournée, elle démarre immédiatement ! C'est bien simple, elle s'est comportée comme si son dernier démarrage datait de la veille !

 

Le moteur a un joli son feutré, il tourne bien rond...

 

Impossible d'avancer cependant, la boîte de vitesses est bloquées. Une revue du manuel utilisateur m'apprend qu'il convient de dérouler une procédure lorsque la batterie est remplacée. Ce n'est pas très compliqué, il suffit juste de braquer complètement les roues de droite à gauche (ou l'inverse je ne me souviens plus) pour que les différents capteurs puissent se recalibrer. J'applique, donc...

 

Très bien, cela permet de réduire pas mal des erreurs remontées par l'ordinateur de bord. Dont les plus "graves" : ABS, ESP, ...  Elle ne veut cependant toujours pas bouger...

 

Je m'attaque alors au reste des erreurs remontées, pas grand chose en réalité. De mémoire, un bon coup de nettoyage des platines des feux arrières, le changement d'un fusible et d'une ampoule anti-brouillard grillés suffiront.

 

L'ordinateur finit alors par ne plus remonter de défaut ! Ce n'est pas de la magie, la Grande peut maintenant se mouvoir, la boîte de vitesses s'est déverrouillée ! J'avance et recule sur quelques mètres.

 

Bon, un petit nettoyage s'impose par ce que c'est mieux lorsque c'est propre.

La Grande épisode 2 : Démarrage et premier roulage
La Grande épisode 2 : Démarrage et premier roulage

Je n'avais pas le temps de m'en occuper, j'ai délégué le changement de la vitre à un professionnel bien connu de ce domaine (vous savez celui qui répare, qui remplace...). Pour ma part, plus modestement, j'ai remplacé l'antenne de toit. Ce n'était évidemment pas urgent, loin de là, mais cela me faisait tellement mal de la voir là, à moitié arrachée, à chaque fois que je venais...

La Grande épisode 2 : Démarrage et premier roulage

Vient alors le moment de réaliser un premier test de roulage. Le tour du pâté de maison se fera avec appréhension, les yeux rivés sur la température d'huile et les différents indicateurs de bon fonctionnement.

 

La boîte de vitesses se comporte correctement, finalement, tout se passe bien !

 

La voilà maintenant prête à subir une petite cure de jouvence chez un professionnel !

 

Enfin, je suis moyen confiant à ce stade pour tout dire, je redoute que le garagiste m'annonce un devis déraisonnable.

La Grande épisode 2 : Démarrage et premier roulage

A suivre...

Partager cet article

Repost0
30 avril 2020 4 30 /04 /avril /2020 06:11

Je l'évoque dans le billet "Un rêve de 30 ans !", je n'ai pas récupéré que la Petite lorsque j'ai entamé la folle aventure.

 

Si on m'avait dit qu'un jour je donnerais des surnoms affectueux à des voitures... Par opposition à la Petite, j'ai tenu également à adopter une Grande.

 

Elle est bien plus moderne, il s'agit d'une Mercedes-Benz Classe E240  W210 phase II finition Elegance de 2003. Elle dispose de la plupart des options disponibles à l'époque. Elle a une particularité qui n'est pas pour me déplaire, celles que l'on croise encore sur nos routes sont des diesels, celle-ci dispose d'un bon "gros" V6 2.6 litres essence ! J'apprécie ce que je nomme les motorisations nobles. Pour moi, ce type de moteur est indubitablement dans les critères.

 

La voici telle que je l'ai vue pour la première fois, dehors, pleine de mousse. Elle est restée ici environ deux ans sans bouger.

La Grande épisode 1 : Découverte

D'après son numéro de série, elle devrait avoir l'option du système de navigation GPS COMAND. Je constate que quelqu'un s'est servi au passage d'un propriétaire à un autre puisqu'elle ne l'a plus...

La Grande épisode 1 : Découverte

Elle a eu un peu moins de chance que la Petite. Malheureusement des indélicats ou jaloux (rayez la mention inutile) l'ont quelque peu vandalisée lors de son inactivité... 

La Grande épisode 1 : Découverte
La Grande épisode 1 : Découverte

La batterie est à plat, ce n'est pas étonnant, même à l'arrêt, ces autos, à contrario des plus anciennes, continuent à consommer pas mal d'électricité.

 

A suivre...

 

PS : Je regrette aujourd'hui de ne pas avoir pris autant de photographies pour la Grande. Je vais tenter d'agrémenter au mieux les prochains billets avec ce dont je dispose.

Partager cet article

Repost0
29 avril 2020 3 29 /04 /avril /2020 06:44

Je n'ai jamais exprimé ce que je comptais faire de la Petite, corrigeons cela.

 

Je souhaite qu'elle retrouve sa splendeur d'antan en restant le plus possible conforme à l'originale. Lorsque j'aurai pu collecter tous les numéros nécessaires, je demanderai à Porsche France de m'établir un certificat d'authenticité qui me permettra de connaître toutes les caractéristiques de la Petite à sa sortie d'usine (c'est payant pour ceux qui se poseraient la question). Je ne souhaite cependant pas la mettre sous cloche. Non, cette auto a été conçue pour rouler et je veux pouvoir l'utiliser comme bon me semble, lui dégourdir les roues sans restrictions.

 

La Petite démarre, c'est une bonne chose. Refaire la distribution est une nécessité. Je veux que le moteur puisse continuer à fonctionner pendant les étapes suivantes qui seront longues, je le sais.

 

La transmission

 

Elle sera déposée, l'ensemble semble fonctionner mais il est vraiment dans un mauvais état visuel. Alors, au pire, il subira au moins un bon nettoyage. J'en profiterai pour tomber le réservoir et le traiter correctement contre la corrosion cette fois.

 

Les trains roulants

 

Dépose en vue d'une réfection totale, la rouille est omniprésente, cela me fait mal de les voir dans cet état. On commencera par l'arrière, plus complexe à mon sens, pour passer ensuite sur l'avant.

Porsche 924 : Les grandes étapes du projet

Les freins

 

Le freinage sera refait à neuf, s'il est une chose avec laquelle on ne transige pas en automobile, c'est la sécurité !

Porsche 924 : Les grandes étapes du projet

Le dessous de la carrosserie

 

Un bon nettoyage du dessous de la coque est nécessaire. Il y aura peut-être plus à réaliser car il est possible que je rencontre quelques surprises...

 

Le moteur

 

Je me suis longtemps demandé si j'allais déposer le moteur.

 

J'ai trouvé beaucoup de calamine et puis, depuis que la Petite démarre, un liquide gras suinte. Cela ne coule pas mais....

Porsche 924 : Les grandes étapes du projet

Donc, je vais sortir le moteur !

 

Au programme, décalaminage (les contrôles anti-pollution n'en seront que meilleurs) des pistons, des soupapes, du collecteur d'admission, ... Changement de tous les joints, vérification et éventuellement rectification de la culasse. Bref, une cure de jeunesse pour effacer les quelques 143 000, ou plus, km engrangés. Une belle peinture du bloc qui est bien corrodé ne fera pas de mal.

 

L'électricité

 

Il y a des éléments électriques défectueux, notamment le clignotant avant gauche, les vitres, ...

 

L'esthétique

 

On terminera ensuite sur le dossier de l'esthétique extérieure et intérieure.

 

La peinture extérieur n'est pas en si mauvais état. Quelques endroits à débosseler, une aile avant gauche froissée.. Une peinture complète sera sans doute appliquée.

 

En ce qui concerne l'intérieur, les sièges avants sont décousus, le tableau de bord est fissuré.

 

Petite découverte sur l'intérieur, ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas un grand gabarit. Pourtant, bien que la position de conduite soit géniale, j'avais l'impression d'être à l'étroit au niveau des genoux. J'ai compris pourquoi, il y a une petite cale en bois pour rehausser le siège conducteur... 

Porsche 924 : Les grandes étapes du projet

Voilà, j'ai donc de quoi m'occuper pendant un bon moment...

Partager cet article

Repost0
26 avril 2020 7 26 /04 /avril /2020 06:38

Le premier but fixé vient d'être atteint, le moteur est capable de fonctionner correctement. Quelle suite à donner au projet ?

 

D'abord, je reconnais m'incliner face à la légendaire "Deutsche Qualität". Pensez donc, la Petite à 35 ans et elle vient de sommeiller pendant 12 ans "presque" dehors. Quelques heures de bricolage d'un modeste amateur et voilà qu'elle redémarre. Pour tout dire, je peux même préciser qu'elle roule et freine encore ! Je n'ai pas pu m'empêcher d'essayer dans l'allée. Pour un peu, quelques bricoles et elle pourrait passer le Contrôle Technique !

 

Bon, pour le moment, je ne veux pas que la Petite monte en température. A chaque démarrage, je veille à ce que cela ne dure pas trop longtemps.

 

Pourquoi ?

 

Pour deux raisons essentielles. Déjà parce qu'elle traine encore son vieux fond de liquide de refroidissement dont l'efficacité doit être plus que passée et ensuite parce que je ne connais pas l'état de la courroie de distribution.

 

Petite précision, ce moteur n'est pas à interférences (ce n'est pas si fréquent a priori). C'est une chance, cela veut dire que si la courroie de distribution casse, les pistons ne peuvent pas venir percuter les soupapes. Je ne prendrai pas le risque, je n'ai pas envie de refaire un calage entre l'arbre à cames et le vilebrequin sans avoir pris des repères au préalable. 

 

Changer la distribution, voilà le prochain but !

 

C'est par là que cela se passe, ce n'est pas très beau, il est bien temps de s'en occuper.

Porsche 924 : L'alternateur et la pandémie...

Je profite que le moteur tourne encore pour tester l'alternateur.

 

Bilan ? Il ne fonctionne pas... Je pense que j'ai peut-être mis le doigt sur la raison première de l’immobilisation de la Petite. Cette pièce n'est plus disponible sur catalogue Porsche. Elle ne l'était peut-être déjà plus à l'époque et, si elle l'était, je pense qu'elle devait coûter un bras ! Tout ce qui est rare...

 

Rassurez-vous, il semble exister des kits de réparation. Je vais essayer de le remettre à neuf après l'avoir déposé. Cela ne me détournera pas de la route vers la distribution puisqu'il est sur le chemin.

 

Afin d'accéder à la courroie de distribution, il convient de déposer la courroie d'alternateur. C'est simple, on dévisse le tendeur de ce dernier et elle vient toute seule. D'ailleurs elle n'est pas en si mauvais état celle-là.

Porsche 924 : L'alternateur et la pandémie...

On dépose le carter de distribution (qui ne peut pas sortir de son logement sans avoir réalisé l'opération précédente), je vais enfin pouvoir constater, de visu, l'état de la courroie.

Porsche 924 : L'alternateur et la pandémie...

La voilà ! Elle est moins bien que la précédente...

Porsche 924 : L'alternateur et la pandémie...

Je dois également déposer la tôle de protection du bas moteur. Cela me permettra d'obtenir plus d'accessibilité et surtout de purger correctement le liquide de refroidissement.

 

C'est une véritable tannée ! La Petite a pris un petit choc sur le bas de la jupe avant. Résultat, sans doute, d'un garage trop près d'un trottoir. Le réparateur a trouvé la bonne idée de remplacer deux vis par un rivet. Un rivet, cela part bien avec une perceuse mais l'auto est relativement basse, pas moyen de mettre l'outil à la perpendiculaire... Je vous passe les détails avec, encore une fois, le renfort de quelques jurons, elle finira par venir. 

Porsche 924 : L'alternateur et la pandémie...

D'ailleurs, elle est dans un piteux état et puis hormis le fait qu'elle protégeait le bas moteur, elle collectait également par le dessus tout ce qui traînait !

Porsche 924 : L'alternateur et la pandémie...

On revient ensuite sur le devant avec la dépose de l'alternateur. Il est bien fixé, je ne connais pas les couples spécifiés par le constructeur mais celui qui a vissé ça la dernière fois est un bœuf ! Je peux vous dire qu'il n'y avait aucune chance pour qu'il s'échappe tout seul...

Porsche 924 : L'alternateur et la pandémie...

La double particularité de cet alternateur, c'est qu'il est monté sur "Silent Bloc" (je ne sais pas trop pourquoi d'ailleurs, il semble que ce soit rare) et qu'il dispose d'un système de refroidissement pas air.

 

Dépose du carter du collecteur d'air de l'alternateur dont la durite n'était pas branchée lorsque j'ai récupéré la Petite.

Porsche 924 : L'alternateur et la pandémie...

Je vois que mon rongeur préféré était un prévoyant ! Il a créé une succursale en cas de disette, en plus de l'établissement principal sur le plateau-sonde...

 

Petite nettoyage et dépose complète de l'alternateur.

 

Une étiquette m'informe qu'il a été remplacé après 1997.

Porsche 924 : L'alternateur et la pandémie...

On y voit maintenant plus clair.

Porsche 924 : L'alternateur et la pandémie...

Fin de cette séance, quelques jours plus tard, le gouvernement annonce le début du confinement dans lequel nous sommes encore aujourd'hui. Je ne peux pas, ne veux pas pour être plus précis, briser les consignes durant la pandémie et retourner à l'atelier. La Petite a pu attendre une dizaine d'années que je vienne la chercher alors quelques semaines de plus...

 

Voilà, voilà, pour ma part, j'ai pris du plaisir à renouer avec The Racing Line et le clavier, même si la ligne éditoriale a, pour le coup, bien changée. J'espère que cette série de billets quotidiens aura su vous occuper un peu, vous divertir voire vous intéresser.

 

J'ai encore un peu de "substances"  pour rédiger quelques articles en marge du projet sur la Petite. Par exemple, jusqu'où je prévois d'aller avant que l'auto commence sa seconde vie, l'histoire du modèle, des pensées, ...

 

Et puis..., Si vous avez tout bien lu, j'en vois dans le fond pour lesquels ce n'est pas le cas, je mentionne le fait que j'ai récupéré DEUX voitures dans l'un des premiers billets !  L'histoire est, à mon sens, moins intéressante et longue mais si vous voulez en savoir plus sur la seconde...

 

Si vous souhaitez donc que l'on passe encore un bout de confinement ensemble, faites-le moi savoir dans les commentaires !

 

A bientôt, peut-être...  

Partager cet article

Repost0
25 avril 2020 6 25 /04 /avril /2020 06:30

Bon, c'est une bonne avancée, la Petite démarre mais malheureusement elle ne tourne pas rond, c'est le moins que l'on puisse dire...

 

De retour chez moi, je suspecte un problème d'allumage. C'est un des rares endroits de la motorisation que je n'ai pas vérifié.

 

J'ai aussi pu faire une erreur lors de mes interventions. Une des premières choses à retenir en mécanique automobile, je crois, c'est de se remettre en cause soi-même, pour commencer.

 

J'ai toujours le PET à portée de main, les plus fins observateurs auront constaté qu'il est associé à un cahier. J'y consigne ce que j'apprends au fur et à mesure, le détail de mes interventions, le référencement des pièces. J'y dessine des schémas pour me faciliter le remontage et... j'y note également, parfois, mes états d'âme....

 

Alors je replonge dans ces notes, tout me paraît correct à une exception près !

 

Je fais mention par deux fois d'une toute petite durite... 

 

Je l'évoque une première fois lorsque j'ai récupéré la Petite, cette fameuse durite n'était pas branchée à une extrémité. Étant loin de bien connaître ce moteur, il m'avait fallu un temps certain (c'est rien de le dire) pour comprendre à quoi elle servait et où elle pouvaient se relier.

 

Maintenant je le sais, il s'agit d'une durite dite de dépression qui relie le collecteur d'admission de carburant à l'allumeur. Elle permet à l'allumage de se décaler en fonction du régime moteur. 

 

Je la mentionne une seconde fois alors que je dépose les injecteurs. Elle est dans le passage, elle ne tient pas, se balade (elle m'énerve quoi !). Alors je l'ai débranchée complètement et l'ai mise de côté.

 

Erreur car... je ne l'ai jamais rebranchée par la suite !

 

Je doute très sincèrement à ce stade qu'elle puisse, à elle seule, provoquer les dysfonctionnements constatés. Pourtant, c'est une bonne candidate puisqu'elle assure une relation entre l'injection et l'allumage.

 

Pour en avoir le cœur net, une seule solution, je file à l'atelier !

 

Cette pièce n'est pas en bon état, c'est pour cela qu'elle ne tenait pas en place. Je rogne un peu de matière de chaque côté puis la rebranche correctement aux deux extrémités.

 

Voilà ! Pour ceux qui chercheraient à l'identifier, c'est le tuyau mi-plastique, mi-tresse qui va de l'allumeur (le truc orange en haut à gauche) au gros collecteur au centre de la photo. M'voyez ? 

Porsche 924 : Démarrage et ralenti

J'en profite pour vérifier le serrage des bougies, on ne sait jamais.

 

Mais, je n'y crois toujours pas... et pourtant...

Non seulement la Petite démarre correctement mais en plus elle tient le ralenti ! 

 

Les oreilles les plus averties entendrons un claquement assez important. Je n'en suis pas inquiet, s'agissant d'un moteur qui n'a pas tourné depuis longtemps, très longtemps, il me paraît normal que les culbuteurs se manifestent ainsi, le temps que l'huile, mise à bonne température, puisse circuler correctement et partout.

 

En dehors de cela, il fait un plutôt beau bruit ce modeste 4 cylindres, je trouve...

On peut dire qu'elle a du pot, la Petite ! Elle qui aurait pu terminer au broyeur...

Après tant de mois d'avancées, c'est vrai mais aussi d'errances, de doutes et parfois même de découragements, je peux vous dire que la charge émotionnelle est importante.

 

De la joie, de la fierté d'obtenir de ses mains un résultat enfin marquant et puis une grosse pointe de nostalgie également, je suis certain que mon oncle aurait été ravi d'entendre la Petite chanter de nouveau....

 

A suivre...

Partager cet article

Repost0
24 avril 2020 5 24 /04 /avril /2020 05:50

En plus du système que l'on a vu la fois précédente, la Petite dispose de ce que l'on appelle un dispositif de démarrage à froid. Pour faire simple, il s'agit d'un cinquième injecteur qui délivre un surplus de carburant en dessous d'une certaine température. Cela risque de m'être utile car là, elle est bien froide.

 

Pour être tout à fait honnête, le démontage n'est pas aisé. Je ne vais pas constater grand chose, hormis le fait qu'il semble "cracher", lui aussi.

Porsche 924 : Démarrage à froid, premier démarrage !

Bien, j'en conclus que la Petite est donc capable de gérer son circuit d'essence.

 

Reste plus qu'un gros morceau à tester : l'allumage.

 

Vous allez me dire que je suis obnubilé par cela, je médite un banc de test, encore. Puis soudain une illumination ! Oui cela m'arrive, c'est rare mais ça m'arrive !

 

Bon sang, mais c'est bien sûr ! Le démarreur fonctionne, l'injection me semble opérationnelle, il suffit de remettre la Petite en ordre de marche, on testera l'allumage en démarrant tout simplement !

 

Voilà qui est motivant, je suis excité comme une puce à cette idée  ! Hop ! Je remets les injecteurs dans le moulin. Là encore c'est plus simple à remettre qu'à enlever.

Porsche 924 : Démarrage à froid, premier démarrage !

Un filtre à air tout neuf, parce qu'elle le vaut bien.

Porsche 924 : Démarrage à froid, premier démarrage !

Vous remarquez que le compartiment moteur a déjà plus fière allure qu'au début. Ce n'est pas terminé et je ne suis pas rapide mais, à la fin de chaque séance de bricolage, je consacre environ 30 minutes à nettoyer la bais moteur, je veux qu'au final ce soit nickel.

Porsche 924 : Démarrage à froid, premier démarrage !

Repose des durites d'air, démontées depuis le tout début, bougies, j'enlève le shunt de la pompe et remet le relais en place, branchement de la bobine et divers....

Une dernière vérification pour voir si je n'ai rien oublié, que tout est correctement serré...

 

Voilà, je croise une nouvelle fois les doigts : 3, 2, 1...

Super! A la troisième tentative, la Petite démarre !

 

Enfin, Super est un grand mot, il me faut le reconnaître. Non seulement elle ne tient pas le ralenti mais en plus elle tourne comme une patate ! Pas besoin d'être expert pour le constater. 

 

Du coup, l'allumage....

 

Fin de journée, la séance de bricolage s'arrête là. Je vais pouvoir réfléchir à cela, à tête reposée.

 

La prochaine fois, on essaye de trouver pourquoi la Petite se comporte ainsi.

 

A suivre...

Partager cet article

Repost0
23 avril 2020 4 23 /04 /avril /2020 06:48

Avant de passer au remontage, dont le but est de tester l'injection, on passe par une étape d'approvisionnement de pièces.

 

Durite, colliers, joints, visserie, ...

Porsche 924 : Début de remontage et banc de test

Pompe, filtres, injecteurs, ...

Porsche 924 : Début de remontage et banc de test

Une précision s'impose, deux décisions ont été prises au préalable.

 

D'abord, la pompe externe n'est pas en provenance de mon Centre Porsche favori, je n'ai pas fait la comparaison mais celle-ci est sans doute moins chère. Ensuite, la pompe immergée va être remplacée par un simple filtre issu du catalogue des pièces de la Porsche 944 (on peut le voir tout en bas de l'image ci-dessus). Il a l'avantage certain d'être de la taille de la pompe. 

 

Pourquoi une telle entorse à l'origine d'autant que cet aspect me tient particulièrement à cœur ? C'est très simple, je vais devoir démonter, de nouveau, ces éléments par la suite et puis...  Tout à fait entre nous, la pompe immergée coûte environ 800 €, ce qui double le prix de la bagnole (!). S'agissant d'une phase de test, il est tout à fait probable qu'il y ait de la casse et je préfère, si cela doit arriver, que ce soit un filtre à 60 € qui prenne à la place ! Il sera temps de remettre en conformité d'origine lorsque j'assurerai le montage final.

 

Allez, on se retrousse une nouvelle fois les manches et on passe au remontage !

 

La pompe immerg... enfin non, le filtre immergé !

Porsche 924 : Début de remontage et banc de test

Au tour de la pompe externe testée au préalable, ce serait dommage de monter et de constater qu'elle ne fonctionne pas. Puis ses durites qui m'ont donné tant de mal à la dépose.

Porsche 924 : Début de remontage et banc de test

Insertion dans son logement.

Porsche 924 : Début de remontage et banc de test

Pose du nouveau filtre à carburant dans le compartiment moteur. Dans quel sens le mettre ? Facile, c'est comme le Port-Salut, c'est marqué dessus !

Porsche 924 : Début de remontage et banc de test
Porsche 924 : Début de remontage et banc de test

Je peux vous dire que c'est agréable et satisfaisant de doter la Petite de belles pièces toutes neuves. J'espère tout de même qu'elle me le rendra en temps voulu.

 

Les injecteurs, c'est beau lorsque c'est neuf !

Porsche 924 : Début de remontage et banc de test

Eux, ils ne vont pas retourner dans le moteur. Ils sont vissés aux conduites d'injection et j'installe le banc de test.

Porsche 924 : Début de remontage et banc de test

J'aime bien, vous l'aurez constaté, l'expression "banc de test", ça fait scientifique, ça fait pro ! En réalité, pour moi, cela consiste juste à mettre les 4 injecteurs dans des canettes de bière... 

 

Les amateurs de ce doux breuvage n'auront pas de difficulté à reconnaître des bouteilles de Corona. Il ne s'agit pas là d'un hommage au virus qui sévit actuellement ! Non, j'ai mis au point (!) ce truc bien avant que l'on en entende parler. C'est juste que le verre est bien transparent, on peut ainsi correctement voir ce qui se passe à l'intérieur.

Porsche 924 : Début de remontage et banc de test

Pour casser un peu le "mythe" évoqué plus haut, j'ai décidé d'appeler cela le Banc de test du pochard !

 

La mise en place n'est pas terminée, je veux pouvoir forcer la pompe à se mettre en route. Lorsque l'auto est en ordre de marche, les pompes peuvent tourner que si le moteur est également en rotation. Hors, là, je ne veux pas qu'il tourne.

 

La technique est simple, il suffit de réaliser un shunt, au niveau du relais, de la ligne d'alimentation des pompes. Ainsi, dès que la batterie sera branchée, la pompe devrait fonctionner. Le shunt, c'est la petite boucle rouge en haut à gauche de l'image ci-dessous, pour ceux qui se poseraient la question.

Porsche 924 : Début de remontage et banc de test

La mise à "feu" va pouvoir commencer !

 

Je mets à portée de main mon nouveau et fidèle compagnon de bricolage. On ne sait jamais, le cocktail que je viens de préparer pourrait faire des étincelles et pas qu'au sens figuré, si vous voyez ce que je veux dire. Il y a de l'essence, de l'électricité, pour peu que cela chauffe trop...

Porsche 924 : Début de remontage et banc de test

10 litres de SP98 ajoutés dans le tank et je croise les doigts, je branche la batterie ! La vaillante petite pompe à essence s'active, j'entends le système qui, petit à petit, se met sous pression. L'accumulateur évoqué la fois précédente semble donc faire le job. Les injecteurs ne coulent pas. C'est bien, c'est ainsi qu'ils doivent se comporter !

 

Voilà qui est plutôt rassurant, cela veut dire que je ne me suis pas trop trompé lors des différentes opérations, sauf que...

 

J'inspecte la pompe, le filtre, .... Bravo ! Ca fuit de partout ! Je n'ai pas cherché les couples de serrage, d'ailleurs pourquoi l'aurais-je fais ? Je n'ai pas de clé plate dynamométrique. Toujours est-il que j'ai quelque peu sous estimé le serrage des différents éléments. Le professionnel sait, l'amateur tâtonne... 

 

Bon, une séance d'une heure d'autoflagellation est inutile, on reprend les outils et on serre tout correctement ! 

 

Je vous épargne cette partie peu glorieuse d'essais jusqu'à ce qu'il n'y ait plus la moindre fuite.

 

Et le banc de pochard alors ? J'y viens, pour le mettre en fonctionnement, c'est simple, il suffit, pendant que la pompe tourne, de soulever manuellement le plateau-sonde du K-Jet de manière à permettre aux injecteurs de cracher. Vous souvenez-vous ? C'est cette partie qui servit, jadis, à l'hébergement d'un rongeur ?

 

Comme vous êtes sages, je vous montre comment cela se passe en vidéo.

Un truc intéressant, ces sons là (bien dans les aigus, désolé si vous avez un casque !), je pense que l'on ne les entend pas vraiment habituellement, ils sont couverts par le bruit du moteur.

 

Le bilan est très bon, on ne le voit pas bien sur la vidéo mais les injecteurs délivrent un joli cône d'essence, bien propre.

 

La quantité d'injection des quatre est sensiblement équivalente.

Porsche 924 : Début de remontage et banc de test

Parfait !

 

Fin de la séance de bricolage, je dépose pudiquement un voile sur le banc de test (Hips!).  

Porsche 924 : Début de remontage et banc de test

La prochaine fois .... Tiens d'ailleurs oui, sur quoi vais-je bien pouvoir me pencher ? On commence à se rapprocher du démarrage...

 

A suivre....

Partager cet article

Repost0

Suivre et contacter The Racing Line

rss twitter youtube contact

Rechercher

Catégories

Partenaires

overblog Paddock TVFFSCA Simuracing   SimRacing League