9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 07:26

Un article rédigé par Alain Lefebvre - avril 2012

 

Cela fait désormais presque 4 ans qu’iRacing est opérationnel et on peut penser que le pari est en passe d’être gagné. Car pari il y avait au départ : au moment de son lancement, iRacing était vraiment le seul de sa catégorie!

 

Jugez-en : le premier à offrir des tracés scannés au laser, le premier (dans la catégorie Simracing of course!) à reposer sur le concept du pay-to-play et le premier à ne pas offrir qu’une simulation mais aussi tout l’environnement de compétition qui va autour (y compris avec un mécanisme de notes/pénalités tout à fait inédit, le fameux SR)… Excusez du peu!

 

Sans compter que les voitures proposées n’étaient pas nombreuses au départ (idem pour les circuits) et qu’elles étaient plutôt exigeantes sur le plan pilotage, l’offre semblait tout à la fois élitiste et contraignante. Force est de constater que ce pari a plutôt bien résisté à un lancement difficile (les critiques du mode de paiement étaient nombreuses) et à l’usure du temps (en 4 ans, il est incontestable que le logiciel s’est amélioré en permanence, tant sur le plan des fonctionnalités que du contenu).

 

iracingportail

 

 

Aujourd’hui, iRacing affirme aligner plus de 32 000 abonnés et organise régulièrement des centaines de courses, sans compter les dizaines de ligues qui s’activent sur sa plateforme. Les critiques ne manquent pas, le forum dédié affiche de temps en temps des "coups de fièvres" mais, globalement, on peut penser que, finalement, tout va pour le mieux… Et que ça ira encore mieux dans les mois à venir. En effet, les annonces des futurs contenus se succèdent : McLaren GT, Ruf (en attendant d’avoir une "vraie" Porsche, c’est tout de même mieux que rien) et Lotus 49 (le quasi-bide de la Lotus 79 ne semble avoir découragé le staff d’iRacing qui renoue avec les voitures historiques en choisissant l’icône du domaine avec cette Lotus -également annoncée par Assetto Corsa- qui est encore dans toutes les mémoires de ceux qui se sont un jour mesuré à GPL…). Idem du côté des nouveaux tracés qui sont de moins en moins américains et de plus en plus souvent des circuits routiers intéressants (Spa, Suzuka, Outlon Park, pour ne citer que les derniers en date).

 

Pourtant, j’affirme qu’iRacing est en crise et que cette crise va forcément produire ses effets à plus ou moins brève échéance!

 

Je n’ai pas été convié au conseil d’administration de la société et Dave Kaemmer ne me fait pas des confidences exclusives par Skype… Mais, avec un minimum d’analyse, la dégradation de la situation me paraît évidente et voilà pourquoi.

 

Tout d’abord, le nombre d’abonnés. 32 000, ça paraît conséquent mais ça reste bien peu de chose face aux millions de copies de vendues de Gran Turismo, Forza, Need For Speed ou même Shift 1 & 2 (qui fait partie de la série Need For Speed d’ailleurs). Pire, il suffit de constater que PCARS a réussi à attirer plus de 40 000 "investisseurs" pour comprendre qu’il y a quelque chose qui cloche. Il semble bien qu’iRacing n’ai pas réussi à "faire le plein" dans sa niche de marché. Sinon, ce n’est pas 32 000 utilisateurs payants que le service pourrait afficher mais au moins le double.

 

Mais ça, ce ne sont que les symptômes extérieurs… C’est à l’intérieur que la situation apparaît la plus troublée. Tout d’abord, on aimerait bien que ce chiffre de 32 000 abonnés se traduise par une meilleure fréquentation des différentes séries. Or, la fréquentation des compétitions (point clé du succès de la plateforme à long terme) est très inégale selon les séries : très bonnes pour certaines et plutôt mauvaises pour la plupart (voire désastreuses pour certaines).

 

On peut se faire une idée précise de la question en examinant les chiffres suivants, issus d’une petite étude statistiques sans prétention (que j’ai réalisée) mais qui permet de situer le problème; en me basant uniquement sur la toute dernière saison écoulée (S3 2011), voilà ce que ça donne en terme de participation (le Nb de séries est égal de part et d’autre) : les chiffres indiquent le nombre total de participants de chaque série, toutes manches confondues.

 

 

Oval
Road
Indycar series 983
Classic lotus GP 324
Indycar series fixed 1443
Grand AM 894
Late model series 2939
Indycar series 495
Legend cup fixed 9839
Indycar series fixed 901
Silver crown cup  146
GP series 289
Sprint car series 145
Grand touring cup 1582
Street stock series 3956
Proto & GT 1289
Class A series 1553
Proto & GT fixed 1734
Class B series 2371
V8 533
Class B series fixed 2048
Mazda cup 12352
Class C series 4160
Mustang challenge 2141
Class C series fixed 3475
Radical challenge 770
Tour modified series 422
Skip Barber 2556
SK modified series 1196
Star mazda 2118
Total 34676
Total 27978

 

Ça donne un net avantage aux séries sur ovales : 34676 contre 27978. C’est encore pire (ou plus accentué) si on retire la série la plus populaire de chaque côté… Là, la répartition donne 24837 pour les épreuves sur ovales et 15626 pour les séries routières…

 

Cette petite étude permet aussi de situer les séries très populaires et celles qui le sont moins… La série la plus fréquentée en ovales (Legend Cup) rassemble presque 10 000 participants (9839) alors que les séries les moins populaires (Silver Crown et Sprint Cars) n’atteignent pas 150, soit 67 fois moins!

 

Ce n’est pas mieux pour les séries routières puisque l’écart entre la plus fréquentée (Star Mazda cup avec 12352 participants) et la moins populaire (GP série avec 289) représente un multiple de 42!

 

En pratique, cela veut dire qu’entre les séries populaires et les séries qui le sont moins, vous avez dix, vingt, trente fois plus de chances de trouver des plateaux suffisamment garnis pour que la course ait effectivement lieu, tout simplement… Certains vont dire qu’il suffit de réduire le nombre de séries disponibles pour résoudre le problème mais, pour une raison qui m’échappe, iRacing semble se refuser obstinément à le faire…

 

race technology first logoLa fréquentation inégale n’est pas le seul problème mais elle est un bon indicateur de la crise en cours. Autres problèmes récurrents : le SR et la procédure de protestation. Alors qu’il est au centre de nombreuses critiques, Dave Kaemmer continue de dire (dans une récente interview parue dans AutoSimSport) que les principes du SR fonctionnent et qu’il ne faut pas les réformer… C’est pour le moins discutable et nombreux sont ceux qui commencent à se fatiguer d’être pénalisé même quand leur responsabilité n’est pas engagée. Payer pour prendre des coups et perdre des points, au bout d’un moment, c’est vrai, ça fatigue!

 

La procédure de protestation semble aussi ne pas aboutir souvent (y compris dans les cas les plus flagrants d’irresponsabilité, c’est toujours le "fait de course" qui est invoqué… Si c’est pour que cela ne serve à rien, la procédure de protestation peut tout aussi bien être supprimée, ce sera plus simple!) et nombreux sont ceux qui trouvent que ça commence à faire beaucoup…

 

Le logiciel évolue toujours et c’est une bonne chose : les lacunes sont comblées une à une (trop lentement diront certains mais c’est déjà beaucoup que le rythme des améliorations soit conservé) et le contenu ne cesse de s’étoffer. Mais, depuis un an, c’est la stabilité du contenu qui pêche désormais. En effet, le comportement des voitures est trop variable d’un build à un autre : on ne sait plus qu’elle était la version "réaliste" finalement tellement un modèle peut être impacté par l’application du fameux "nouveau modèle de pneus" et de ses corrections qui ne manque pas d’arriver par la suite.

 

Tout cela est déjà assez ennuyeux mais il semble que le pire soit à venir… En effet, il apparaît que le staff d’iRacing ne sache plus trop dans quelle direction aller ni qu’elle est la ligne directrice à renforcer. Après avoir positionné iRacing comme une simulation "hard core" et sans concessions, voilà qu’apparaissent finalement des aides au pilotage!

 

ir_mustangh19a.jpg

 

Certes, ces aides sont limitées et ne peuvent être utilisées au-delà des séries destinées aux rookies mais tout de même, on peut y voir la marque d’un certain désarroi dans la gestion stratégique du positionnement de la simulation. Car, finalement, à qui s’adresse iRacing?

 

Uniquement aux plus acharnés des "purs et durs"?

 

Si oui, alors on peut parier que le cap des 40 000 abonnés va mettre du temps à être atteint si jamais il l’est…

 

Ou alors, iRacing vise-t-il aussi la frange autrement plus nombreuse des "casual gamers"?

 

Mais ces derniers viennent principalement des jeux sur consoles et n’ont pas les mêmes attentes ni les mêmes exigences que les "purs et durs"… Ces deux options sont totalement antagonistes et on voit mal comment les concilier. Et pourtant, on pourrait penser que le staff d’iRacing espère pouvoir viser et l’une et l’autre avec les futures évolutions du service. Là encore, on peut se référerer à l’interview parue dans AutoSimSport et où Dave Kaemmer parait pour le moins nébuleux sur la direction choisie.

 

Bref, pour toutes ces raisons, je suis plutôt pessimiste quand à l’avenir de ce service. Et pourtant, j’étais un de ces premiers supporters en France et je continue à penser qu’il représente le top actuel en matière de compétition online. Il est toujours facile de critiquer mais c’est aussi oublier les domaines où iRacing est incontestablement loin au-dessus de tous ces concurrents. Prenons un exemple : le netcode.

 

Connaissez-vous aujourd’hui beaucoup de simulations qui permettent de rassembler des plateaux de plus de 30 concurrents avec un aussi bon rendu graphique?

 

brands_hatch_03_20091211.jpg

 

Selon moi, iRacing est aujourd’hui la seule à organiser des événements comme les dernières "2.4H of Daytona" où nous étions plus de mille à nous aligner (répartis en des dizaines de "split"). Le mien rassemblait 42 pilotes au départ, sur le tracé "road" de Daytona (superbe la nuit, soit dit en passant) et, après 160 minutes, nous étions encore 26 à l’arrivée (j’ai terminé en 4ème position). Une expérience globalement inoubliable et qui doit être versée au crédit des qualités de cette plateforme (ainsi que la solide infrastructure mise en place par le staff d’iRacing… La qualité a un prix et, avec des courses comme celle-ci, on n’a pas l’impression d’avoir gaspillé son argent!).

 

En conclusion, je ne pense pas que le danger pour iRacing vienne de la concurrence : même si rFactor2 présente un meilleur FFB (et c’est le cas!), cela va rester une plateforme de modding et ne proposera rien pour concurrencer la remarquable (quoique pas assez fréquentée) structure des compétitions mise en place par le staff d’iRacing. Idem pour les autres : PCARS (à l’avenir toujours incertain, on y reviendra dans un prochain article) ou Assetto Corsa. Même si l’un est plus beau qu’iRacing (PCARS) et l’autre encore plus "réaliste" (allez, supposons qu’Assetto Corsa casse la baraque!), il restera encore de la place pour une simulation qui offre un cadre de compétitions bien organisées et bien encadrées (ce qui est le propre d’iRacing, ce point est rarement souligné comme il le devrait).

 

Mais le vrai danger pour le futur d’iRacing est intérieur : si l’orientation stratégique se met à "flotter", si les évolutions prévues tentent de "ménager le chèvre et le chou", alors le service va "perdre son âme" et va forcément commencer à perdre des abonnés. Un service de l’ampleur d’iRacing (avec les investissements que cela représente) a forcément besoin d’être entraîné par une spirale positive (plus de succès, plus d’abonnés). Si jamais le mouvement venait à s’inverser (je ne pense pas que c’est déjà le cas, pas encore), la dégringolade serait rapide et le pire n’est alors pas exclu (fermeture du service).

Partager cet article

Repost0

commentaires

Quentin 13/03/2014 19:34

J'ai qu'une seule question, pourquoi cette simu qui a 10 ans d'avance sur tous ce que l'on trouve a l'heure actuel n'a toujours pas compris qu'il suffisait de changer de model économique pour faire fortune ?

Dim 13/03/2014 21:03

Faire fortune je ne sais pas mais plus de fans, oui

Jacky Ratzenberger 27/04/2012 19:03


Comme d'habitude encore un superbe article, argumenté comme je les aime.


 

Dim 12/04/2012 12:59


Mariés avec l'une des pitbabes du paddock bien sûr

Pascal 12/04/2012 09:21


C'est plus que ça, il y en a qui se sont mariés et ont fondé une famille

Dim 11/04/2012 15:16


@Meca Trouve: parfois ça franchit même clairement la frontière du simple jeu :p

MecaTrouve 11/04/2012 03:11


Découvre ce blog par hasard. La lecture de l'article, fort instructif, m'a permis de découvrir un type de jeux sur Internet que je ne soupçonnais pas. nota : je ne joue à
aucun jeux depuis ... tetris

Dim 10/04/2012 06:20


Ha ! Ha !

Fraco 09/04/2012 21:15


Oué, mais bon, comparé aux 60000 lecteurs quotidiens de la racingline, c'est du pipi de hérisson écrasé entre nous.

Dim 09/04/2012 21:00


Je n'ai jamais vu autant de commentaires et aussi longs sur ce blog depuis sa création !


 


L'article le dit très bien, iRacing et tout le système qui a été mis au point avec admet des qualités, elles sont nombreuses, et aussi des défauts. Rien ne peut être parfait... Nos choix de
passionnés se font sur la balance des plus et des moins dont le poids dépend de notre approche de la simulation.


 


Pour ma part, je l'ai souvent dit ici même, j'ai aussi essayé iRacing pendant deux mois au moment du lancement il y a bien longtemps maintenant. Ce qui m'a fait quitter c'est le souci de
rentabilisation dont parle Stan dans son commentaires. D'exclusivité, aussi, qui peut provoquer un isolement par rapport au reste de la communauté du SimRacing. Pour le reste j'ai vraiment tout
apprécié, mais le point précédent m'aurait fait quitter tôt ou tard même si j'avais accroché plus longtemps.


 


Merci Alain pour cet article rédigé dans le mesure et qui contrairement à ce que l'on pourrait croire met aussi en avant les qualités de ce logiciel. Lesquelles font qu'iRacing peut malgré tout
compter plus de 30 000 abonnés, ce n'est pas rien !

Jugh 09/04/2012 20:19


Comme le dit Alain , il y a une structure de qualité , des serveurs de qualité , je n'ai jamais connu un plantage serveur en plus de 400 courses sur iRacing.


Des évènements à la hauteur,des circuits très qualitatif etc etc je peux te dire que je n'ai pas l'impression de passer pour une vache à lait , tu nous sors le cliché iRacing (comme le cliché du
polonais plombier).J'ai des amis qui ont claqué + que moi dans Call of Duty ou qui paie des abo plus cher que iRacing sur WoW.


Donc la vache à lait....non ! on paie clairement pour un service à la hauteur.


2 € par mois d'abo pour ma part , comme chez free !


Ensuite qu'on y trouve pas son compte , je comprends tout à fait

Fraco 09/04/2012 19:32


Excellent article de fond, bravo Alain pour cet excellent départ sur les chapeaux de roues!


Concernant Iracing, ne nous trompons pas, c'est un produit typiquement americain, par et pour des américains. C'est (comme d'habitude) tardivement qu'ils se rendent compte qu'il existe de
lointaines et étranges populations en dehors de leurs frontières...Je serais curieux de connaître le nombre de licenciés européens...Qu'ils soient concentré sur l'oval n'a rien de surprenant.


Perso, je me considére comme simer occasionnel. Je ne suis pas un acharné de compêt' à tout prix, je consacre environ et en moyenne 1/2 h de simu par jour (selon ma vie de papa et de dessinateur
de BD!), j'adore courir online avec les copains que JE CHOISIS et juste POUR LE PLAISIR et je considére claquer déjà pas mal de pognon dans mes périph' et mon PC pour en plus me ruiner dans un
systéme que je considére juste abusif d'abonnement captif. Les américains payent plus façilement que nous autres européens pour ce type de service, mais tant qu'ils n'assoupliront pas leur côté
"viens ma vache à lait", ils peuvent se gratter.


Ils sont les dignes héritier de Papyrus, de GPL et Nascar2003, synonyme de qualité, mais Iracing ne m'attire pas, trop élitiste, trop cher, trop exigeant, trop fermé. Ils symbolisent clairement
un moyen de diffusion et une politique qui culturellement me choque et que je n'approuve pas. Je pense que c'est aussi à prendre en considération.

Stan 09/04/2012 17:34


Et bien Alain, tu auras en tous cas suscité l'intérêt pour ton premier article... Les commentaires vont bon train...

Jugh 09/04/2012 16:56


ben forcément tu vas en irrité mais un jeu ce doit d'être critiqué comme il l'ai fait dans l'article.


Ca reste un jeu et comme tout jeu un moment donné on s'en lasse.


Les nouveaux qui arrivent réagissent tus encore comme on a pu le faire...donc ca ne me fait pas peur.


L4achat de matériel de simulation ,volant cockpit etc se démocratise chez les joueurs de console et les plus perfectionniste ignorant ce genre de simulation passeront un jour du côté obscur ^^.


Ceci dit on est encore loin des joueurs de simulation aérienne qui sont "fous" lol


iRacing devrait s'inspiré du travail fait sur certains mod de fsx par exemple,il y a un sacrée boulot de fait !!Devrait-il peut être laisser la main à des petits dévellopeurs pour développer ces
petits détails

Alain Lefebvre 09/04/2012 16:31


C'est vrai, pour ce qui est de l'oval, c'est à la fois la grande force et la grande faiblesse d'iracing... D'un côté, c'est ce qui va sans doute assurer la pérénité du service (je vis six mois
par an en Floride alors, oui, je connais l'impact et la popularité de la Nascar !). D'un autre côté, on reste dubitatif sur le fait que toutes les voitures de la Cup ne soit pas encore modélisé
et que seule la Chevy soit dispo...


Cec dit, je n'ai pas rédigé cet article pour faire du sensationnel comme le titre "crise" pourrait le faire penser mais plutôt pour tenter d'analyser pourquoi ce service que j'ai tant aimé
n'arrivait plus à me motiver aujourd'hui.


Si j'ai réussi à en intéresser quelques-uns, tant mieux. Pour les fan-boys que j'ai irrité, ils survivront (tout comme moi !)...

Kjeldorius 09/04/2012 16:16


J'ai retrouvé un tableau de comparaisons des prix. Voilà ce que coûtait iRacing fin 2009 :



C'est à cette époque que j'ai testé le jeu mais je pense que les tarifs ont bien baissé avec le temps et grâce aux ligues. Cela étant, je préfère les jeux avec paiement classique comme le fait
SimBin car moi, je ne suis pas un puriste pur et dur, acharné de la boîte de vitesses

iRacing a trouvé une niche mais ce n'est pas la plus grande et le studio ne rivalisera jamais avec le commercial et l'arcade des gros studios qui font le buzz.

Jugh 09/04/2012 16:04


t'en fais pas je ne suis pas énervé et content que tu es pu tester !


en général c'est ceux qui ne teste pas qui parle de prix ( me suis trompé)


Mais iRacing ne me coute plus que l'abo depuis presque 1 an , c'est à dire 49$


Oui , si tu fais parti d'une ligue il est possible d'avoir l'abo à 49$ ( 35€ environ)


 


Le jeu est criticable sur plein de point mais ds sa globalité , il n'y a pas mieux !


L'auteur de l'article n'a pris en compte,je m'avance,le fait que le jeu c'est aussi de l'Oval très prisé en amérique du nord et de + en + en Europe.


 


 

Kjeldorius 09/04/2012 15:48


"Et pour répondre à un comentaire , je joue à iRacing et je ne pense pas être plus riche que ça ! Critiqué un système qu'on n'a meme pas tester , c'est pas crédible
à mes yeux !"

Ah, je pense que ce commentaire s'adresse à moi. Et zut... mais faire des affirmations infondées, c'est quoi au juste... car pas de chance, j'ai testé iRacing

Faut pas t'énerver quand je parle d'ultra puristes riches... je voulais simplement dire qu'iRacing s'adresse aux fanas purs et durs qui n'hésitent pas à débourser pas mal d'Euros pour faire de la
simu autos. Je ne pourrais pas te dire combien il faut débourser par an car ça dû changer mais à l'époque (2009), c'était presque en centaine d'euros pour faire une saison + circuits +
voitures.

D'ailleurs, combien ça coûte maintenant, de jouer à iRacing avec quelques voitures et circuit ?

jugh 09/04/2012 15:12


Suis d'accord sur certains point , comme le temps de règler plein de petits détails qui pourrait être plus rapidement règlé ! Au départ je pensais que iRacing voulait bien faire les choses (
autant prendre le temps ) mais là ca fait long;...donc !Le jeu pourrait être bien plus vivant avec ces petits détails.


Perso je fais beaucoup d'oval , et en termes de courses d'Oval c'est le must et ya rien à redire ! Et c'est pour ça que iRacing n'est et ne sera pas en crise.


Il ne faut pas oublier qu' aux USA, il y a plus de fan de Nascar que le nombre d'habitants de notree pays! C'est une vraie institution las bas.


Vous connaissezz beaucoup de jeu qui on vu de grosse instances comme la Nascar leur créer un championnat officiel Nascar iRacing Series ?


Il en va de meme pour l'Indycar !


Alors la crise , non je ne crois pas !


Le jeu est largement améliorable en Road ! Va falloir bosser avant Rfactor2


Surtout niveau des sons...qui ne sont pas terrible


 


Se demander si tel ou tel "truc" est en crise c'est un moyen de journaleux francais pour faire vendre.Je trouve ça souvent pathétique....la différence c'est que l'article est plutôt bon.


 


 


Et pour répondre à un comentaire , je joue à iRacing et je ne pense pas être plus riche que ça ! Critiqué" un système qu'on n'a meme pas tester , c'est pas crédible à mes yeux ! Et avec iRacing ,
on peut rouler en ligue, il en existe un paquet


 

Stan 09/04/2012 14:58


Merci pour ce très bon article Alain... Pour ma part, je fais partie des gamers qui sont venus, qui ont vus et ont... Sont repartis.

Certes, le concept, la qualité, l'ambiance, c'est sympa et je n'ai pas hésité à me lancer dans l'aventure iRacing. J'y ai pris mon pied et je me suis vite rendu compte que l'on ne jouait plus
dans la même catégorie, la difficulté était là et ce n'était pas pour me déranger. J'ai également trouvé le mode carrière très intéressant.

En revanche, ce qui a eu raison de ma patience et de ma motivation, c'est qu'on se sent obligé de rentabiliser iRacing en ne jouant plus qu'à cela, laissant de côté les autres activités du Sim
Racing et il faut constamment mettre la main à la poche. Pire encore, jouer dans une ligue dédié à iRacing nous oblige une nouvelle à mettre la main à la poche tous les ans, au final, c'est très
cher pour un jeu "fermé". Nous subissons les mises à jour sans pouvoir interférer sur les choix. En oval d'ailleurs, les coures monotype en Chevy sont un gros bémol de réalisme.

Je n'ai rien contre une licence annuelle (cela me paraît même normal pour un jeu qui évolue), mais il faut à chaque fois acheter du contenu et c'est pénible. 15$ par là, 15 autre par là et si
vous achetez plus de modèle que vous avez besoin, on vous fait une réduction.

Au niveau des évolutions d'ailleurs, je les trouvent désarmant de pauvreté. En 4 ans, ils n'ont pas été capable d'aligner l'ensemble du plateau de Nascar. Pour un jeu typiquement américain, on
repassera sur el côté puriste, même NR2003 et ses mods font mieux au niveau du choix.

Je me suis retrouvé face à un dilemne récemment. Je reprends une licence pour rentabiliser le contenu acquis ou je laisse mon compte se mettre en sommeil ? J'avais heureusement décoché le
renouvellement automatique qui est aussi discutable puisqu'on doit le découvrir sur des forums de passionnés.

Mon choix s'est tourné vers l'abandon d'iRacing, je préfère tester plusieurs simulations (même moins "léchées") et les payer une fois pour toute que d'être "coincé" sur iRacing en attendant qu'il
y ait plus de deux modèles par séries...

Je ne parle même pas du SR qui aura eu raison de ma patience.

Comme tu le dis à juste titre, si iRacing crevait le plafond de la santé, nous n'aurions pas à mettre aussi souvent la main au porte-monnaie pour faire tourner iRacing. Cette notion du moindre
objet payant dénote une situation moins favorable qu'il n'y paraît.

Kjeldorius 09/04/2012 11:22


Wahou, un article qui contient plus de deux paragraphes sur The Racing Line, mais c'est un événement (je suis un salaud
)

Très bon article Alain et merci de nous donner des infos sur iRacing. Perso, je trouve que c'est trop cher et je préfère faire des championnats ou opens avec ma ligue RFR avec des gens que je
connais (virtuellement) et avec qui je me bagarre régulièrement. Ça respire le fairplay et il n'y a pas besoin de SR...

Oui, iRacing est un soft réservé aux ultra puristes riches de la simu et donc ça ne m'étonne pas qu'il n'y ait que 32000 abonnés. Il faudrait connaître l'évolution de ce chiffre depuis la
création du jeu pour vraiment voir s'il y a crise ou pas. Et quel est le but réel du studio ? Avoir 100000 abonnés ? Rendre le jeu un peu plus ouvert et facile aux débutants qui pratique le
simracing pour éviter le découragement rapide que provoque cette simu ?

Finalement, peut-être que le problème d'iRacing a été son marketing trop américain au début de l'aventure et que maintenant, le studio paye un peu le prix car la majorité des Européens se sont
tournés ou attendent autre chose et ne reviendront pas sur ce jeu car ils ont loupé le train plus ou moins volontairement ?

pinto 09/04/2012 10:57


Salut, je suis un ancien de la GTRO et depuis 2009 iracer et pour rien au monde je changerai et en ce qui concerne la crise d'iracing cela n'engage que toi et ce n'est pa du tout l'impression que
moi j'ai etant un utilisateur regulier et a mon avis ils savent tres bien dans quel sens ils vont pour ce qui est des aides a la conduite ce sont pour les rookie hstoire de pas les decouragés des
le depart et n'oublie pas une chose 32000 abonnés c autant d'abonnements et autant d'achat de circuits et de voitures je te laisse imaginer les sommes que cela represente, je trouve que tu
t'appui que sur des suppositions et pour conclure normal que les ovales soient plus frequentés que les road car cela reste un jeux tres ricains.


ps: rfactor2 meilleur FFB j'espere que c de l'humour ;))) 

David Lespes 09/04/2012 10:48


Pour un premier article, c'est du lourd ! Bravo Alain !

Suivre et contacter The Racing Line

rss twitter youtube contact

Rechercher

Catégories

Partenaires

overblog Paddock TVFFSCA Simuracing   SimRacing League