19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 08:55

Entretien réalisé et traduit par Patrick - juillet 2012

 

1 - Salut Niels ! Les gens voient parfois ton nom dans certaines vidéos, comme celle sortie il y a peu sur la corvette C6. Si nous savons que tu es en charge des physiques des voitures, peux-tu nous en dire un peu plus à ton sujet ? Est-ce un simple hobby ou un travail à temps plein ?

Je suis vraiment chanceux car je peux travailler sur la simulation à temps plein désormais. Bien sûr je travaille pour Reiza mais aussi pour des écuries de course et des simulateurs pour pilotes. J’optimise les physiques pour que les voitures se comportent davantage comme ce que révèle les vraies données télémétriques. Cette partie de mon travail est encore petite mais le potentiel est grand et les choses s’améliorent pour moi constamment. Sur mon site web http://www.h-engineering.nl vous pouvez voir certaines brochures que j’ai fait pour mon logiciel de simulation.

nh.png


2 - Peux-tu décrire ton cursus dans la vie « réelle » (études, travail) et dans le monde du simracing ? As-tu travaillé pour d’autres entreprises ?

J’ai fait des études d’ingénierie mécanique et de management technologique. J’ai passé mes premières années de travail dans des environnements plus sociaux, comme celui de coach auprès de personnes hyperactives ou autistes. J’essayais de les aider à trouver un emploi et surtout à le conserver. Avant ça, j’ai eu des emplois plus simples, principalement administratif, dans des endroits sympas et animés. Je pouvais me concentrer sur la simulation et la physique dynamique des véhicules durant mon temps libre, comme ces emplois n’etaient pas stressant et que j’étais toujours à la maison à 17h30.

En 2010, je n’ai plus fait que de la simulation. Une société du coin ( http://www.gpsim.eu ) fabrique des simulateurs de jeu en F1 mais avait aussi prévu de faire des simulateurs pour la police et les ambulances. Pour ce projet, le moteur physique était manquant et j’ai travaillé avec le programmeur principal pour réparer les bugs et implémenter de meilleurs modèles de pneus, de suspension, etc… Tout cela a très bien fonctionné et cela a payé aussi pour le simulateur de F1. Toujours en 2010, le développement de GSC commença. En dernier, j’ai conçu les modèles de GP2 et GP3 pour Arden en Angleterre et cela a vraiment fait évoluer leur simulateur en un outil efficace, ce qui m’a encouragé à travailler les physiques de manière professionnelle dans le futur. Maintenant nous sommes en 2012 et je continue dans cette voie, j’ai plein d’idées en tête pour être sûr de continuer comme ça dans les années à venir.

 

3 – Tu as fait un super travail avec GSC. Qu’est ce qui t’as motivé dans ce projet ? Comment as-tu rencontré Renato ? Est-il venu à toi ou est-ce toi qui est allé vers lui ?


Merci, je suis heureux que toi et beaucoup de simracers aiment GSC. J’ai rencontré Renato la premiere fois quand il a fait le mod rFactor 1979. Je lui ai envoyé un mail en lui disant que tout était mauvais ! A cette époque je n’avais absolument aucune connaissance concernant les physiques. Quand Renato m’a contacté avec l’idée de fonder Reiza Studios, il avait sûrement oublié le mail que je lui avais envoyé quelques années auparavant.

Ce qui m’a intéressé dans le projet GSC était la grande liberté que j’allais avoir, ainsi que de pouvoir réaliser mon objectif de ne faire que de la simulation. J’ai aussi aimé l’idée de travailler avec Alex (Sawczuk) dans l’idée qu’une simulation est aussi bonne que la qualité des circuits sur laquelle nous conduisons, et enfin avec GSC j’allais faire partie d’une équipe de gens sympas où le résultat final pouvait être supérieur à la somme des différentes parties.


4 – Tu fais des vidéos, rédiges des articles, conçois des pdf techniques, etc. Tu nous immerges dans le monde des physiques (et je ne connais pas d’autres personnes qui le fait). Il est évident que c’est une passion mais peux-tu nous expliquer ce qui te fascine dans ce monde un peu spécial ?

Bonne question, très longue réponse ! Quand j’étais petit je voulais d’une manière ou d’une autre jouer à des jeux de course, mais je ne rappelle pas d’où ça pouvait venir. Et puis j’ai vu et enregistré la video « RUF Faszination » sur la chaine Discovery Channel, vers 1995 je crois. J’etais completement stupéfait par Stefan Roser et sa capacité à faire glisser la voiture surpuissante sur le Nurburgring. Cela affirmait ce que j’avais toujours cru : les voitures sont conduisibles à, et au-delà de, la limite et cela me paraissait fun and stimulant. Puis, histoire vraie, ma mère a enregistré par-dessus et la fois d’après, lorsque j’ai voulu revoir mon émission, j’ai été accueilli par Oprah (Winfrey)! Maintenant nous avons YouTube et voici probablement la meilleure qualité possible :

 


Alors je me suis mis a pensé que les jeux et les simulateurs allaient s’améliorer et que dans quelques années je serais un Stefan Roser Virtuel.

Pourtant ils ne s’améliorèrent pas. J’ai aimé Grand Prix Legends mais après ça aucun pas supplémentaire ne fut franchi. J’étais plutot en colère car ma passion etait en jeu à ce moment-là ! Alors j’ai commencé à me plaindre à Renato et son mod 1979, à ISI et leur mauvais moteur physique. Et puis j’ai réalisé que de me plaindre n’allait pas améliorer les choses alors j’ai commencé à regarder les fichiers des physiques et à les bidouiller en cherchant à avoir une meilleur prise en main des voitures. Ce fut terriblement frustrant puisque je changeais quelques nombres dans Notepad, mais je n’avais que peu d’idée de ce qui était alors calculé avec ces nombres. Je n’avais pas non plus une vue générale de la voiture. Du coup, peut-être que les suspensions avaient les pneus sur les côtés à ce stade là, à tel point que ce n’était plus très important de savoir ce que donne 1% de grip en plus. J’avais quelques connaissances Excel et j’ai pensé que cela pourrait être utilisé pour calculer des choses utiles et même écrire des textes pour les physiques. C’était en 2007, le debut de mon travail sur les physiques. J’ai commencé à en apprendre d’avantage sur Excel, la dynamique et le moteur physique de rFactor.

Il est fascinant de constater qu’après 5 ans j’apprends encore de nouvelles choses chaque semaine et désormais quand je fais une voiture, comme la Corvette, elle est meilleure que celle que j’ai faite il y a 2 ans. Il y a tant à faire sur les pneus, le châssis, les suspensions, l’aéro, et tout influe l’un sur l’autre. Un système avec autant de variables représente un grand défi à contrôler et il est très facile de prendre la mauvaise décision ou d’oublier quelque chose d’important. J’essaye d’être très méthodique et objectif, dans le sens où les physiques ne sont pas un art mais une science. Tout le monde responsable le moteur physique quand quelque chose ne marche pas et utilise cette excuse pour introduire des chiffres au hasard (dans les fichiers). Je reste sur mon approche scientifique et méthodique et aujourd’hui je peux faire une voiture téléguidée en modèle réduit ou un camion minier de 600 tonnes. Cela montre finalement que le moteur ISI est très bon mais aussi que ma méthode fonctionne très bien comparée aux bricolages essayés avec Notepad. J’aime toujours quand la démarche scientifique et la méthode gagne contre le ressenti subjectif.

Le plus important reste qu’aujourd’hui je peux enfin jouer les Stefan Roser virtuels au Nurburgring, et ça n’est pas prêt de s’arrêter ; les choses peuvent toujours s’améliorer puisque je suis encore finalement à un niveau basique de connaissance des physiques et de la dynamique des voitures. Je ne voudrais pas faire autre chose de ma vie !


5 – Créer des physiques à l’air d’être très difficile quand on voit que les différents mods qui circulent ne sont pas du tout tous égaux en qualité. Même de grandes compagnies ont des difficultés à faire un travail correct parfois. As-tu une méthode spéciale ou est-ce seulement le talent ? Travailles-tu toujours avec de la télémétrie ? Peux-tu décrire une méthode typique que tu utilises pour créer les physiques d’une voiture ?

Tout est question de méthode et il s’agit par ailleurs de trouver quel est le maillon le plus faible de la chaine. Cela n’a aucun intérêt d‘avoir un modèle aérodynamique très précis si tu ne sais même pas comment fonctionne le modèle de pneu. Tu dois en savoir le plus possible sur toute la chaine avec des liens globalement forts entre chaque maillon plutôt que des liens hyper forts à des endroits et des liens faibles à d’autres.

Les feuilles de calculs (excel) aident parce que j’y ai beaucoup de modèles physiques concernant rFactor dedans. Je peux y visualiser les suspensions, l’aero et les pneus exactement comme ils vont etre calculés quand je vais conduire la voiture. Ce n’est que de la science, rien de magique. Oui, c’est dur de faire une analyse des suspensions, mais maintenant que je sais faire, je peux concevoir une suspension et connaitre ses propriétés plutôt que de simplement regarder l’allure du châssis et de dire « ça devrait marcher ». Je peux tracer 60 graphiques différents pour visualiser les performances des pneus donc quand je change les effets de la température sur ceux-ci, je n’ai pas besoin de le sentir en conduisant. Je sais que je perds 4% de grip à 120 degrès. Je peux travailler sur l’aéro et décider de passer d’une force de pression de 42% à 43%, ou ajuster la sensibilité de la hauteur de caisse d’une valeur exacte. Je sais ce que je vais avoir et cela aide à créer une voiture avec ses propres propriétés. Habituellement, une voiture est prête à 90% avant d’avoir fait le moindre tour !

Les données télémétriques aident mais, comme je l’ai dit dans un article, les données concernant les pneus ont de trop grandes marges d’erreur pour être utilisées directement. Même la télémétrie n’est pas toujours adaptée puisque les constructeurs utilisent des calculs de vitesse simplifiés et ont des capteurs très bruités. J’utilise plutôt une combinaison des spécifications de la voiture, des données constructeurs, de la télémétrie et de mon expérience pour reproduire une voiture.


6 – Je suppose que tu adores les voitures. Pour toi, quelle est la meilleure voiture de tous les temps et pourquoi ?

Quelle question impossible ! J’aime les choses complètement folles et « pures » d’un point de vue conduite. Quelques voitures entrent dans cette catégorie. Peut-être certaines dates ne sont pas bonnes.
- 1937 Auto Union, premier moteur central, design improbable, 500 cv, moins de grip que ma Fiesta.
- 1967 F1, pas d’aero, pas de slicks, très bons circuits, design élégant Lotus 49 / Eagle
- 1968 CANAM, très gros V8 puissant et coupleux, très bons pilotes
- 1970 Porsche 917, 370km/h à Mulsanne (Lemans) demande le respect.
- 1976 F1, un peu d’aéro, pneus slicks mais quand même une pure conduite
- 1986 F1, en seance qualif. Le Turbo n’est vraiment un critère de “pureté” mais 1400 cv est trop fou pour ne pas le mentionner ici.
- 1988 Groupe C, gros appuis aéro, grande variété de moteurs et de fabricants, très physiques
- 1989 RUF CTR, la folle voiture basée sur Porsche 911 gonflée aux stéroïdes, parce que ca m’a fait voir la lumière!
- 1991 F1, grandes variétés de moteurs, de voitures et de pilotes.

Je les possède et les conduis toutes… Jusqu’à ce que l’alarme me réveille. Depuis les années 90 les choses ont énormément évolué d’un point de vue conduite et sécurité, et les circuits sont moins intéressants. Les physiques d’un LMP d’aujourd’hui n’ont rien à voir avec les voitures du groupe C. Ma liste est surtout romantique, je ne sais pas si je voudrais faire une course de 24h dans un sauna où chaque fois que je freine je doive appuyer comme 2 fois mon poids sur la pédale et où le volant est ressenti comme si les pneus étaient coulés dans le béton. Mais bon sang, qu’est-ce qu’ils faisaient des voitures folles à l’époque ! Si je devais conduire quelque chose dans la vie réelle, je crois qu’une formule ford historique serait un bon choix pour rester en vie.


7 – Si tu avais beaucoup d’argent et beaucoup de temps, quel genre de projet voudrais-tu commencer ?

Un simulateur taille réelle pour toutes les voitures citées plus haut, avec un niveau de FFB et de pédale précis et une hausse de température dans le cockpit. Cela serait très dur physiquement et cela ébranlerait mon estime de moi mais cela serait génial.


8 – A part les graphismes, qu’est ce qui selon toi devrait être amélioré dans les prochaines simulations ?

L’aspect le plus important quand on fabrique un jeu ou une simulation est de trouver des gens talentueux. Je trouve que trop d’attention va en direction du dernier DirectX ou du dernier modèle de pneu. La technologie évolue, et c’est une bonne chose. Mais trouver des gens adaptés est une tâche bien plus difficile que de faire avancer la technologie. Les gens peuvent s’adapter aux nouvelles technologies mais si vous n’avez pas les bonnes personnes, vous n’irez nul part. En dépit de l’aspect modding de rFactor, il est inquiétant de voir aussi peu de gens créer de manière authentique des choses en partant de rien jusqu’à un haut niveau de qualité. Bien souvent, le talent est le point faible, et donc peu importe que rFactor 2 ou une autre futurs simulation ait une meilleure technologie.


9 – Alex Sawczuk court dans une league anglaise. Joues-tu parfois en ligne avec GSC ou d’autre smods que tu as créé ?

C’est vraiment là où je ne m’investis pas. Chaque fois (pas souvent) que je cours online ou que je betateste GSC, c’est beaucoup de fun mais je le fais rarement. Je devrais courir davantage !

 

 

Source : sim-racing-evolution.fr

Vidéo : engcameraman2

 

Lien :

> Article original

Partager cet article

Repost0

commentaires

A
le simulateur est bien réussi, merci et bravo
Répondre
D

Il me semblait bien, merci Pat pour ce complément au sujet du volant de l'espace de Niels
Répondre
P

La réponse de Niels au sujet de son volant de malade :


 


"Mon volant est un système fait par Leo Bodnar, mais il n'a pas été vendu en grandes quantités. Quelques écuries et simulateurs l'utilisent. Il a à peu prés 8 fois la force d'un G25 et coute 12
fois son prix. Et il est 1231313243124 fois mieux "
Répondre
D

@Patrick: merci pour cette savoureuse interview. Les SimRacers en rêvent Pat le fait . Il me semble avoir lu qu'il y
avait du Leo Bodnar derrère ce volant mais je ne sais pas dans quelle mesure. Il dit souvent qu'il faut des bras de boucheron pour le manipuler en tout cas.


 


Beaucoup de SimRacers et amateurs de sport auto connaissent cette excellente et impressionnante vidéo de la RUF sur le Ring (découverte lors des mes années GPL pour ma part). C'est assez bluffant
de voir que Niels a développé, il suffit de regarder ses vidéos, le même type de mouvement de bras, de prise en main du volant que ce pilote 
Répondre
P

J'ai oublié de lui poser la question a propos de son volant de l'espace. Je viens de lui demander, je posterai la reponse.
Répondre

Suivre et contacter The Racing Line

rss twitter youtube contact

Rechercher

Catégories

Partenaires

overblog Paddock TVFFSCA Simuracing   SimRacing League